Индия: Учените казват, че превръщането на лак в правителствени средства | Новини от Индия

PUNE: Les scientifiques de l’Institut indien de météorologie tropicale (IITM), basé à Pune, et d’autres institutions autonomes relevant du ministère des sciences de la Terre (MoES) pourraient être obligés de restituer lakhs de roupies qu’ils recevaient chaque année depuis 2010 dans le cadre de leurs remboursements. .
Selon une récente ordonnance du ministère des Affaires étrangères basée sur un audit réalisé par le contrôleur et vérificateur général de l'Inde (CAG), les scientifiques ont été invités à restituer la «prime de mise à jour professionnelle» annuelle qu'ils avaient reçue jusqu'à l'année dernière.
Les scientifiques de l'IITM ont qualifié le coup dur, leur montant n'étant utilisé que pour acheter des articles liés au travail et à des abonnements universitaires, entre autres. Ils ont dit que, selon le grade du scientifique, les montants à rembourser pourraient varier de Rs 1 lakh à Rs 1,5 lakh.
Un autre montant qui doit être récupéré concerne les augmentations que certains scientifiques ont obtenues en rejoignant l'institut. Cela pourrait porter le montant total à rembourser à environ 6 Rs lakh par tête, a déclaré un scientifique de l'IITM.
«À partir de ce mois-ci, les scientifiques devraient renvoyer 25 000 roupies chaque mois dans le cadre de l'exercice de récupération. L’arrêté MES vise également d’autres instituts autonomes relevant de ce ministère. Dans le cas de certains scientifiques, les augmentations qu’ils ont reçues en rejoignant l’institut sont également récupérés », a déclaré une source à l’IITM.
Un haut responsable du MoES, qui n'a pas souhaité être nommé, a déclaré à TOI: «Selon les règles, l'indemnité de mise à jour professionnelle n'est autorisée que pour certains instituts comme Isro, DRDO et le Département de l'énergie atomique. Il y a quelques années, nos instituts et ministères autonomes ont décidé de donner cette indemnité à des scientifiques avec l'approbation du conseil municipal (GC). Mais l’audit du CAG a révélé que notre ministère n’était pas éligible à cette indemnité. Ce qui a pu se produire dans le passé, c’est que, sur la base d’un ordre de bureau destiné à ces trois départements, les institutions autonomes locales ont pu obtenir l’approbation du GC local pour accorder cette indemnité aux scientifiques d’instituts autonomes régis par le Ministère de l’éducation et de la technologie ».
Le directeur de l'IITM, Ravi Shankar Nanjundiah, a refusé de commenter l'affaire. TOI a également tenté à plusieurs reprises (via SMS et appels) de contacter le ministre des Sciences de la Terre, Harsh Vardhan, mais il n'a pas pu être joint.
Le MoES compte cinq instituts autonomes: l'Institut national des technologies océaniques (NIOT), Chennai; Centre national indien des services d'information océanographique (INCOIS), Hyderabad; Centre national de recherche polaire et océanique (NCPOR), Goa; Centre national d'études sur les sciences de la Terre (NCESS), Kerala; et IITM, Pune. La règle de recouvrement s'appliquerait à tous les scientifiques (qui ont reçu cette allocation) de ces institutions, a déclaré le responsable.
Un autre haut responsable du MES, qui ne souhaitait pas non plus être nommé, a déclaré: «L’objection de vérification de CAG à cet égard a été jugée valide, d’où les recouvrements. Il y a peut-être eu des divergences dans la procédure plus tôt, ce qui a conduit à accorder cette indemnité à des scientifiques. L'ordre de recouvrement a été donné et les administrations des instituts devront le suivre. »
Une source de l'IITM a déclaré:« Les scientifiques ont reçu une allocation de mise à jour professionnelle leur permettant d'acheter des ouvrages tels que des livres à usage scientifique et de payer des frais de conférence. La quantité a été utilisée pour le travail, pas pour la consommation personnelle. Tous les employés scientifiques de l’institut ont bénéficié de cette allocation annuelle, allant de 10 000 à 20 000 roupies. La plupart des scientifiques ici présents devront maintenant rembourser au moins 1 000 000 Rs. ”
Vendredi, des sources importantes de l'IITM ont déclaré:“ Nous avons reçu de nombreuses représentations concernant le recouvrement de l'indemnité de mise à jour professionnelle. Compte tenu de cela, l'autorité compétente a décidé de suspendre le processus de recouvrement et de renvoyer l'affaire au ministère pour qu'il réexamine sa décision. Jusqu'à ce moment-là, il est conseillé à tous de renoncer à tout commentaire public à ce sujet. ”
L'autre somme restante à recouvrer concerne les augmentations que certains scientifiques ont obtenues en rejoignant l'institut. «Les augmentations ont été rétablies, vers 2010 et 2012, mais l'audit indique maintenant que cela n'était pas autorisé. S'il est ajouté au montant de l'indemnité de mise à jour professionnelle à récupérer, ce montant supplémentaire peut totaliser un total de 6 lakh à récupérer par scientifique. Tous ces montants ont été non seulement approuvés auparavant par l'administration au niveau de l'institution, mais également par les comités au niveau du ministère. Maintenant, on nous dit que les montants n'étaient pas valables », a déclaré la source de l'IITM.
Un autre scientifique expérimenté de l'IITM a déclaré: «L'indemnité de mise à jour professionnelle a été supprimée l'année dernière. Mais maintenant, l’ordre ordonne la récupération de ce qui a été donné dans le passé. Mon montant de recouvrement s'élève à 1,5 lakh. »
Le scientifique a déclaré que l'arpenteur des instituts autonomes était auparavant le conseil d'administration et qu'il avait approuvé cette indemnité. «Grâce à l'allocation, nous n'avons été remboursés que pour des dépenses liées au travail, telles que des livres ou des abonnements. Comment pouvons-nous rembourser ce montant », a-t-il demandé.
Des sources de l'IITM ont déclaré que, même si elles devaient respecter les règles, l'institut et le ministère examinaient la question avec compréhension.

Тази статия се появи на първо място (на английски език) на ВРЕМЕТО НА ИНДИЯ