Робърт Кона, основателят на партията, иска да поеме ръководството, предоставено от заместник Кабрал Либий

Робърт Кона, основателят на партията, иска да поеме ръководството, предоставено от заместник Кабрал Либий

Joint au téléphone par SBBC, Robert Kona assure qu’il veut reprendre les commandes du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), la formation politique qu’il a cofondée en 2003 avec Albert Fleury Massardine. « Je souhaite qu’on me remette la présidence du parti pour que je remodèle les choses », indique cet ancien adjoint d’administration, qui a pris sa retraite chez lui à Ndoukoula, dans la région de l’Extrême-Nord.
Pour arriver à ses fins, il a engagé une procédure civile auprès du Tribunal de première instance du département du Mayo-Kani (Kaélé), dans la région de l’Extrême-Nord, contre le député Cabral Libii, l’actuel président national du PCRN. Albert Fleury Massardine, l’autre père fondateur du PCRN, n’est pas associé à cette procédure. Et pour Robert Kona « ce n’est pas une plainte judiciaire ». Il ajoute : « c’est plutôt une plainte qui a pour but d’opérer des réaménagements dans la maison du PCRN ».
Le fondateur du PCRN cite l’impératif de travailler à réconcilier le peuple camerounais avec lui-même au nombre de ces réaménagements immédiats qu’il entend opérer si jamais sa procédure aboutie. « La réconciliation nationale est notre boussole », précise-t-il. Mais il ne cache pas qu’il vit mal ce qu’il considère comme sa mise à l’écart. « Il n’y a aucune communication entre Cabral Libii et moi. Il prend des décisions sans me consulter. Et pourtant, les textes disent que je suis membre d’honneur et premier membre du Bureau politique avec voix consultative », argue Robert Kona.
Il poursuit : « comment comprendre que depuis 2020 jusqu’à ce jour, aucun des cinq députés et aucun des maires du parti ne soit jamais venu voir où le père fondateur habite. C’est bien la preuve qu’il y a un problème à la tête de ce parti ».
Congrès ordinaire de Kribi
Face à ces récriminations, Bienvenu Ndip, l’un des cinq députés du PCRN à l’Assemblée nationale, répond par l’étonnement. « Les journalistes qui ont couvert le congrès extraordinaire de Ngaoundéré l’année dernière ont bien vu qu’on était tous en bons termes. Une commission a même été mise en place pour faire des dons aux pères fondateurs. Cette commission doit rendre sa copie le mois prochain à Kribi lors du premier congrès ordinaire du parti », indique le député.
Il n’exclut pas des manipulations pour entraver la marche du PCRN : « nous sommes dans une logique de conquête du pouvoir et pour cela il ne faut pas exclure des manœuvres qui visent à nous détourner de notre objectif qui est l’élection présidentielle de 2025 ».
Une hypothèse qui est aussi partagée par un proche conseiller de Cabral Libii. Qui pense d’ailleurs qu’il faut rester concentré sur le premier congrès ordinaire qui va se tenir dans la ville de Kribi du 15 au 17 décembre prochain. Il pointe aussi du doigt l’argument convoqué par Robert Kona pour tenter d’évincer Cabral Libii et reprendre le fauteuil de leader.
En effet, comme on peut le lire dans un document abondamment partagé sur les réseaux sociaux, Robert Kona demande au juge civil d’annuler les résolutions du congrès de Guidiguis, dans la région de l’Extrême-Nord, qui s’est tenu le 11 mai 2019 en prétextant qu’il ne s’agissait que d’une simple réunion. « La preuve, nous n’étions que 11 personnes, le quorum pour un congrès était loin d’être atteint », précise Robert Kona. C’est pendant ces travaux que Cabral Libii a pris les rênes du parti. Le calcul de ce père fondateur est simple : si ces résolutions sont annulées, Cabral Libii est destitué et il reprend la présidence du parti.
Le conseiller de Cabral Libii joint par SBBC balaie du revers de la main l’argument de Robert Kona : . Il rappelle que Robert Kona avait 90 jours après la publication de cet acte par le ministère de l’Administration territoriale (Minat) pour un recours gracieux préalable tout en indiquant au Minat les dispositions de la loi violées. Ce qui n’a pas été fait…
Quoi qu’il en soit, si on en croit Robert Kona, la première audience de cette affaire a été fixée au 4 janvier prochain. Le co-fondateur du PCRN espère bien qu’un représentant du député Cabral Libii sera dans la salle ce jour-là. « Nous avons un collège d’avocat », fait savoir Bienvenu Ndip.
Микеланджело Нга

Тази статия се появи на първо място https://www.stopblablacam.com/politique/2011-11486-pcrn-robert-kona-le-fondateur-du-parti-veut-reprendre-le-leadership-assure-par-le-depute-cabral-libii


.